#Métacommunication, #Ressources Humaines

#Métacommunication : #Créer l’envie dans l’entreprise. Action 4 : #La qualité managériale.

Je vais parler ici d’une entreprise qui est encore traditionnelle en France avec un dirigeant d’entreprise, et des personnes qui encadrent des équipes. Nous ne sommes pas encore à l’ère du Management 4.0, bien loin s’en faut.

Si je me remémore les temps anciens, alors que j’étais salariée, ceux à qui j’attribuerai la palme de la qualité managériale (sniff… une seule main suffit amplement pour les compter) avaient pour moi les qualités suivantes :
– la simplicité d’un échange d’#égal à égal (pas d’êtres supérieurs)
– l’#authenticité et la spontanéité
– La #chaleur humaine même si de prime abord certains pouvaient paraître un peu ours.
– l’#implication dans leur fonction parfois sous une couverture désinvolte
– la #confiance dans leurs équipes qui n’excluait pas le contrôle
– un certain sens de l’humour et une grande #empathie
– une #volonté de faire progresser
– la valeur du #travail bien fait, une #rigueur souple
– la justesse du #respect de l’Etre Humain

Leur personnalité instaurait un climat de #confiance, un #respect mutuel. Les règles du jeu était claires : pas de double sens, de coup pourri, ni de peau de banane. Il existait le #droit à l’erreur, le tout était de le dire et il vous apportait son soutien pour la réparer derechef.

En fait ces « nominés » avaient pour la plupart acquis les qualités « requises » au fur et à mesure de leur vie professionnelle, de manière empirique. Ne dit-on pas que la formation se fait sur le terrain ?
Et pourtant combien de managers n’ont obtenus aucune palme malgré cette expérience du quotidien? J’aime à croire que beaucoup ont « péchés par ignorance ». Ils se sont retrouvés étranglés par une fonction où ils se sentaient mal à l’aise. De là, le pire de leur personnalité s’est exprimé et ils sont devenus des bêtes féroces aussi mordantes qu’un chien attaché à une chaîne.
Croyez-vous que je pousse le bouchon un peu loin ? (non simplement jusqu’en Bourgogne, lieu d’écriture de cet article). Regardez autour de vous !

Les qualités d’un manager « nommé » pour la palme ne sont pas données à tous. Certes, chez certaines personnes elles sont innées, pourtant pour les autres, il est possible d’acquérir petit à petit les #fondamentaux du management. #Créer l’envie dans l’entreprise, c’est #créer l’envie de manager. Donnez l’envie aux managers de réaliser cette mission d’accompagnement de son ou ses équipes. En fait, on retrouve ici les notions évoquées dans les « épisodes précédents » : l’#intention du chef d’entreprise, une #communication interne bienveillante, la mise en place d’une #qualité de vie au travail à tous les niveaux.

#Faire évoluer un membre de son équipe et lui proposer un autre poste est important dans le cadre de la #reconnaissance de la qualité de son travail. Par contre, le faire évoluer vers un poste d’encadrement sans lui en donner les moyens est un cadeau empoisonné qui peut nuire à l’intéressé et à l’entreprise. #Créer l’envie dans l’entreprise c’est aussi mettre tout en œuvre pour la #réussite de ses membres dans leur poste pour un épanouissement maximal de la personne.

Publicités
#Métacommunication, #Ressources Humaines

#Métacommunication : #Créer l’envie dans l’entreprise. Action 3 : #Faire de l’Etre Humain un pilier fondamental.

Les articles L.412-1 et suivants du Code du Travail, énoncent une mission essentielle du #chef d’entreprise, tellement « essence ciel ! » qu’elle a été érigée comme obligation de résultat : ce dernier « doit » assurer la sécurité et protéger la santé mentale et physique de ses salariés.

C’est à dire qu’il « doit » veiller aux conséquences des #contraintes organisationnelles et psychologiques liées à son entreprise.

Cette responsabilité peut sembler parfois lourde à porter. Pourtant, les entreprises qui ont déjà mis en place le  #Document Unique des Risques Professionnels appelé familièrement  #DU (qui je n’ose vous le rappeler au risque d’être étiquetée Rabat-Joie, est une obligation légale pour les entreprises employant au moins un salarié) se sont appuyées sur ce support pour mettre en place les mesures adéquates et apporter les modifications correctives pour satisfaire à cette obligation.

En ce début d’année 2018, le #Ministère du Travail a fait paraître, chaque jour, un petit dessin humoristique pour relayer les points essentiels de veille sur la #prévention des risques psychosociaux.

Dans le cadre d’une #communication interne bienveillante de l’entreprise, et donc un minimum altruiste, n’est-il pas naturel de « veiller » à la #qualité de vie au travail de ses collaborateurs ? Etre attentif et vigilant quant à la reconnaissance apportée à chaque collaborateur, à la communication sur les changements, au sens de sa mission, à sa charge de travail, à la conciliation de sa vie professionnelle et privée, à l’autonomie qui lui est accordée, au soutien professionnel apporté, à la protection contre toute forme de violences internes et agressions externes, à son évolution professionnelle…

A date, je m’interroge sur le pourcentage réel des entreprises qui ont mis en place ce fameux « D.U » et pris les mesures opportunes. La prolifération d’exemples sur toutes les méthodes « Bien être » en entreprise fait penser que la France est réellement en avance ! Quelle chance ! (Humour…)

Enfin il est certain que l’#intention du chef d’entreprise est capitale pour instaurer et installer  une #qualité de vie au travail. Il est aussi important que cette action soit relayée par chaque collaborateur, qu’il ait une mission d’encadrement ou pas. En effet, chaque membre de l’entreprise a, pour moi, un devoir de #vigilance partagée. Grâce à une #communication interne transparente et sincère, il est possible de « dire les choses ». La diplomatie n’est pas donnée à tout le monde (j’en parle en connaissance de cause) et il est possible de faire progresser  l’entreprise en étant clair sur les problèmes existants… enfin si vous pensez que cela vaut le coup… sinon un conseil : prenez les jambes à votre cou !

Et puis, pour ceux qui ont encore quelques doutes sur l’importance de replacer l’Etre Humain au cœur de l’Entreprise…Les entreprises n’arrivent pas à recruter… que j’aime le dicton populaire : «  On n’attire pas les mouches avec du vinaigre ! ».

Evidemment, cet article est un #Plaidoyer pour l’Etre Humain dans l’Entreprise

(pub ! sourire). A bon entendeur salut !