#Formations, #Métacommunication, #Ressources Humaines

#Métacommunication : #Créer l’envie dans l’entreprise. Action 5 : La #formation.

La #formation… vaste débat …Je vais essayer d’être diplomate dans ce chapitre, ce qui est pour moi une gageure.

Un « décrassage » a été amorcé par la réforme du 14 mars 2014, alors que la formation n’avait pas été dépoussiérée depuis 1971… Puis 2015 … Et 2018, marque une nouvelle mutation du dinosaure. Survivra-t-il au changement climatique?

Une des missions de l’entreprise est de permettre à ses collaborateurs de se former.
Pourquoi se former ?
Se former pour #apprendre son métier.
Se former pour #augmenter ses compétences et s’améliorer.
Se former pour #acquérir la maîtrise de nouvelles technologies.
Se former pour #faire enfin ce que vous avez toujours rêvé de faire.
Se former pour #retrouver du travail.
Se former pour #prendre du recul.

En fait, il y a mille et une raison de se former. Je me rends compte que mon appétit pour la formation n’est pas forcément partagé.

Dans ce monde qui évolue à la vitesse de la lumière, l’entreprise a le devoir de la garder allumée (allez Rabat Joie , encore une obligation de plus !°) en ouvrant à ses collaborateurs l’accès à l’#agilité, à l’#employabilité, à l’#augmentation de compétences, à la #prise de recul.
Vous avez peut être déjà entendu : « La formation, c’est le terrain », « Pas besoin de formation, on n’apprend rien » « Si je forme cette personne, elle va partir » « Pas de temps pour la formation» etc…

Il y a aussi mille et une raison de ne pas se former ou de ne pas former. A qui la faute ? Comme dans un couple qui se sépare, chaque partenaire a une coresponsabilité.

La #formation est un moyen de #témoigner sa reconnaissance à un collaborateur, de le #faire grandir si il le souhaite, de le #fidéliser, d’#intégrer un nouveau membre, de #motiver, de #renforcer l’engagement, de #créer l’envie…
La #formation est aussi une clef pour sortir des microcosmes régulièrement fréquentés qui sclérosent l’ouverture d’esprit. Pour mémoire, en génétique, la cosanguinité est un facteur de dégénérescence et dans certains cas, augmente la morbidité. Alors vive les mélanges et la diversité de cultures, de milieux etc… car ces rencontres ou ces échanges génèrent des solutions extraordinaires. Chaque participant est une richesse pour les autres.

Question : « Quand êtes-vous sorti(e) pour la dernière fois de votre microcosme ? »
Certes, et je vous en parle en connaissance de cause, cette expérience n’est pas très confortable, car il arrive que vous soyez considéré(e) comme un paria, mais allez au delà… ce moment sera inéluctablement très formateur…

Publicités
#Métacommunication, #Ressources Humaines

#Métacommunication : #Créer l’envie dans l’entreprise. Action 4 : #La qualité managériale.

Je vais parler ici d’une entreprise qui est encore traditionnelle en France avec un dirigeant d’entreprise, et des personnes qui encadrent des équipes. Nous ne sommes pas encore à l’ère du Management 4.0, bien loin s’en faut.

Si je me remémore les temps anciens, alors que j’étais salariée, ceux à qui j’attribuerai la palme de la qualité managériale (sniff… une seule main suffit amplement pour les compter) avaient pour moi les qualités suivantes :
– la simplicité d’un échange d’#égal à égal (pas d’êtres supérieurs)
– l’#authenticité et la spontanéité
– La #chaleur humaine même si de prime abord certains pouvaient paraître un peu ours.
– l’#implication dans leur fonction parfois sous une couverture désinvolte
– la #confiance dans leurs équipes qui n’excluait pas le contrôle
– un certain sens de l’humour et une grande #empathie
– une #volonté de faire progresser
– la valeur du #travail bien fait, une #rigueur souple
– la justesse du #respect de l’Etre Humain

Leur personnalité instaurait un climat de #confiance, un #respect mutuel. Les règles du jeu était claires : pas de double sens, de coup pourri, ni de peau de banane. Il existait le #droit à l’erreur, le tout était de le dire et il vous apportait son soutien pour la réparer derechef.

En fait ces « nominés » avaient pour la plupart acquis les qualités « requises » au fur et à mesure de leur vie professionnelle, de manière empirique. Ne dit-on pas que la formation se fait sur le terrain ?
Et pourtant combien de managers n’ont obtenus aucune palme malgré cette expérience du quotidien? J’aime à croire que beaucoup ont « péchés par ignorance ». Ils se sont retrouvés étranglés par une fonction où ils se sentaient mal à l’aise. De là, le pire de leur personnalité s’est exprimé et ils sont devenus des bêtes féroces aussi mordantes qu’un chien attaché à une chaîne.
Croyez-vous que je pousse le bouchon un peu loin ? (non simplement jusqu’en Bourgogne, lieu d’écriture de cet article). Regardez autour de vous !

Les qualités d’un manager « nommé » pour la palme ne sont pas données à tous. Certes, chez certaines personnes elles sont innées, pourtant pour les autres, il est possible d’acquérir petit à petit les #fondamentaux du management. #Créer l’envie dans l’entreprise, c’est #créer l’envie de manager. Donnez l’envie aux managers de réaliser cette mission d’accompagnement de son ou ses équipes. En fait, on retrouve ici les notions évoquées dans les « épisodes précédents » : l’#intention du chef d’entreprise, une #communication interne bienveillante, la mise en place d’une #qualité de vie au travail à tous les niveaux.

#Faire évoluer un membre de son équipe et lui proposer un autre poste est important dans le cadre de la #reconnaissance de la qualité de son travail. Par contre, le faire évoluer vers un poste d’encadrement sans lui en donner les moyens est un cadeau empoisonné qui peut nuire à l’intéressé et à l’entreprise. #Créer l’envie dans l’entreprise c’est aussi mettre tout en œuvre pour la #réussite de ses membres dans leur poste pour un épanouissement maximal de la personne.